Les voici: les 6 questions les plus fréquentes sur l’asthme

Aujourd’hui, près d’un demi-million de personnes souffre d’asthme en Belgique. Heureusement, cela ne doit actuellement plus avoir un tel impact sur votre vie, à condition de suivre le bon traitement. Nous avons réuni ici toutes les informations importantes pour vous.

1. De quoi s’agit-il en fait ?

L’asthme est une inflammation chronique des voies respiratoires. Par conséquent, elles se rétrécissent plus que d’habitude et cela gêne la respiration. Cela peut être déclenché, par exemple, par des stimulus, tels que la fumée, la pollution ou des allergènes. Ce qui d’ordinaire ne provoquerait pas de réaction chez les personnes ne souffrant pas d’asthme.

2. Quelles sortes d'asthmes existe-t-il ?

Il est important de savoir qu’il existe différentes variantes, chacune pouvant causer une attaque dans des situations spécifiques. La raison de cette réaction déterminera la sorte :

  • La forme la plus courante est l’asthme allergique, où certaines substances causent une respiration oppressée. Des stimulus, tels que les acariens, le pollen, les moisissures ou les poils d’animaux, vont faire en sorte que le corps libère de l’histamine, avec les symptômes en conséquence.
  • À côté de cela, il y a aussi l’asthme intrinsèque. Ici, les stimulus vont provoquer des irritations, sans qu’il y ait de cause allergique. De l’air froid, les gaz d'échappement et la fumée de cigarette sont des exemples connus.
  • Finalement, il existe aussi l’asthme d’effort, où des problèmes de respiration surviennent quand vous faites du sport par exemple. Cela survient surtout parce que vous faites trop d’effort trop vite, ou à cause de l’air froid.

3. Comment l’attrape-t-on ?

Tout d’abord, l’asthme est souvent héréditaire. Ici, plusieurs gènes, présents dans votre corps, forment la cause. D’autres membres de la famille auront probablement les mêmes symptômes que vous. Et si vous souffrez d’asthme, il est plus que probable que vos enfants en souffrent aussi.

Cette maladie se manifeste ensuite à cause de plusieurs facteurs environnementaux qui provoqueront une réaction en réponse aux stimulus, tels que de l’air pollué ou froid, ou un effort physique.

Outre le facteur héréditaire, l’asthme peut toutefois aussi être la cause de :

  • Une naissance prématurée, où les poumons ne seront pas encore arrivés à maturité.
  • Fumer pendant la grossesse.
  • Une exposition de longue durée à des substances, par exemple en travaillant quotidiennement avec de la peinture.

4. Comment reconnaître l’asthme ?

Une attaque d’asthme donne la sensation d’être oppressé. Vous avez du mal à respirer et votre respiration sera en plus sifflante. Afin de réduire le manque en oxygène, vous allez automatiquement remarquer que :

  • Vous respirez plus vite. Cela s'accompagne généralement d’une respiration superficielle.
  • Vous parlez et bougez avec difficulté. Parce que vous essayez de conserver votre énergie pour reprendre le dessus. À côté, les symptômes suivants peuvent également se manifester :
  • Une hypersécrétion des mucosités. Les muqueuses du nez et des poumons sont enflammées et se dilatent, du coup elles vont produire plus de mucosités que d’ordinaire. En réaction aux mucosités, vous allez aussi tousser beaucoup. Notamment la nuit et après un effort intense. Votre corps essaie en fait de se débarrasser des mucosités.
  • Des réactions allergiques aux yeux, aux nez et à la peau. Un nez bouché ou qui coule, des sinus enflammés seront aussi monnaie courante.

5. Que pouvez-vous y faire ?

Il est, hélas, impossible de se débarrasser de l’asthme. Il est par contre possible de reprendre le contrôle sur les symptômes, afin que les gênes soient réduites au maximum.

Tout d’abord, votre médecin va devoir vous prescrire des anti-inflammatoires qui vont libérer les voies respiratoires. Ensuite, il existe aussi des médicaments à prendre sur le long terme, afin d’éviter les attaques. Cela sera combiné à des corticostéroïdes, à prendre en cas d’urgence.

La plupart des patients prennent ces médicaments à long terme. Dès qu’ils arrêtent la prise de ces médicaments, les symptômes refont souvent surface et sont même plus violents qu’auparavant. Il se peut par contre que la quantité de médicaments varie : pendant certaines périodes de l’année, la demande en corticostéroïdes est plus élevée qu’à d’autres. Il est important alors de toujours bien adapter la dose en consultation avec votre médecin et de ne pas s’automédicamenter.

6. Que dois-je éviter si je souffre d’asthme ?

Même quand vous prenez les médicaments qu’il faut, certaines situations peuvent encore et toujours provoquer une attaque. Certains stimulus sont donc à éviter :

  • Une pièce enfumée. Tant respirer la fumée de cigarette des autres que fumer soi-même est un très grand risque à prendre. En outre, cela ne fera que réduire l’efficacité de vos médicaments. Si malgré tout, vous ne parvenez vraiment pas à arrêter de fumer, évitez alors de le faire dans des espaces fermés, comme à l’intérieur ou en voiture.
  • Une maison sale. Les nids à poussière et des draps de lit sales sont à pointer du doigt. Tout comme les animaux domestiques.
  • Des efforts physiques intenses. Vous pouvez toujours faire du sport si vous souffrez d’asthme, mais il faut par contre bien vous échauffer et doser l’effort.
  • Le stress. Les problèmes personnels, tels que les examens, un décès dans la famille ou un divorce, peuvent aggraver les attaques.

Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€